CASERNE DE LA LEGION POITEVINE


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 A l'orée du bois

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Robin
Invité



MessageSujet: A l'orée du bois   Lun 7 Juin - 13:08

Robin des bois venait de traverser l'Angleterre en bateau et ce long voyage l'avait fait accoster sur le port de La Rochelle.
Après avoir acheter un cheval il fit galop jusqu'à une immense forêt qui se trouvait à quelques jours de la ville ou il avait accostait.
Devant lui à quelques centaines de mètres se trouvait d'immenses remparts qui trahissaient une présence militaire.
Robin des bois préférant passer inaperçue s'engouffra dans la foret afin d'y trouver de quoi se rassasier et par la même échapper a l'œil entrainer des militaires qui sans doutes siégeaient en ces remparts monumentaux.


Par la foret de Sherwood !
Quelle belle foret pleine sans doute de gibier...
Pensa l'homme aux vêtements verts comme les feuilles d'arbres.

Il s'engouffra et avec une agilité surprenante,il grimpa sur un arbre aux aguets d'une proie que son œil puissant et habitué à chasser trouverait sans doute.

Quelques instants plus tard alors que le silence règne sur la foret,une perdrix survole la foret et passe a quelques mètres de Robin.
L'homme avec un geste inimitable et empreint d'une rapidité redoutable ,tend la corde de son arc au maximum et décoche vers la perdrix une flèche meurtrière qui lui transperce le cœur,laissant à l'animal juste le temps de pousser un dernier un cri avant de plonger vers le bord d'une clairière à l'orée du bois.

D'un geste habile et étudié,robin des bois saute de la branche ou il était en chasseur infaillible afin d'aller prendre la perdrix qui gisait au sol ,une petite tache de sang dans l'herbe verte,témoigne de la précision du tir de l'homme.

Robin des bois profite pour allumer un petit feu et plumé la bête qui lui servira de nourriture pour cette journée,il sifflote tout doucement surveillant que nul étranger ne vienne interrompre le déplumage et dépeçage de l'animal qui déjà donné des sentiments d'appétits au chasseur.
Revenir en haut Aller en bas
Robin
Invité



MessageSujet: Re: A l'orée du bois   Mer 9 Juin - 14:27

Deuxième journée de chasse et de braconnage pour Robin dans une tranquillité étonnante au vu des alentours de la foret.
Il attendait un de ses amis Petit Jean,afin de reprendre le chemin vers la ville portuaire du Poitou et repartir en direction de l'Angleterre.
Ils étaient venus chercher quelques fidèles amis afin de lutter contre l'oppresseur, le non moins célèbre Shérif de Nottingham

Afin de passer inaperçu les deux hommes c'étaient séparer pour éviter d'éventuelles recherches ou questions si des autorités policière ou autres viendraient les questionnés sur leurs présences en ce comté.

Robin des Bois se dirigea de nouveau vers la sorti de la forêt afin d'observer d'éventuels mouvements de militaires.
Les remparts qui se dessinaient au loin semblaient tranquille et il décida donc d'aller récupérer les pièges tendus au milieu de l'immense foret,pièges de braconnage ou de petits gibiers lui serviraient de repas,dans l'attente de voir arriver Petit Jean et non pas autres étrangers trop curieux sur sa présence.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A l'orée du bois   Sam 12 Juin - 15:41

Depuis déjà une petite heure, la jeune recrue avait quitté la caserne, accompagnée de son compagnon à poils.
Petite promenade de santé, ainsi que d'accoutumance pour les deux compères. En effet, depuis le peu de temps qu'Al avait recueilli "boule de poils", elle ne lui avait pas encore trouvé de nom et avait encore moins réussi à se faire obéir de la petite chose au fort caractère.

Le seul moment où la communication passait assez bien, c'était celui de ses petites promenades. Ils étaient d'ailleurs déjà bien enfoncés dans la forêt quand 'boule de poils" décida subitement de fausser compagnie à sa maîtresse.
Un instant, il se trouvait tout joyeux en avant sur la sente, celui d'après il avait disparu, semblait-il avalé par un buisson.

En pestant, Al se fraya un chemin à travers la végétation pour suivre son petit compagnon.

-Oh, sac à puces, reviens là ! C'est un ordre !


Un bref aboiement, visiblement moqueur -ou bien était-ce une manifestation de sa paranoïa ?- retentit. Jurant de plus belle, la jeune recrue tacha de se dépêtrer du taillis épais dans lequel elle avait eu la bonne idée de foncer tête baissée.
Elle avait quitté la caserne son épée au côté, plus pour s'habituer au fait de la portée et par fierté, que dans un véritable soucis de se défendre. Si près de la Légion, il aurait été des plus stupides pour un brigand de venir installer son campement.
Mais pour en revenir au moment présent, elle bataillait ferme pour faire lâcher son ceinturon aux mains griffues des arbustes. Pas croyable comme une paisible balade en forêt pouvait se transformer en guerre en terre hostile...

Avec un cri, la jeune femme sentit qu'elle perdait l'équilibre et s'étala de tout son long de l'autre côté des taillis, dans une sorte de petite clairière protégeait par la hauteur des arbres.
Griffée, malmenée par cette chute qu'elle n'avait pu amortir et donc avec de nouvelles contusions qu'elle ne devait pas à son entraînement cette fois, elle regarda le sac à puces qu'elle avait eu la bonne idée de recueillir.
Assis sur son arrière train, il poussa un jappement satisfait en voyant que sa maîtresse était enfin arrivée à bon port. Il se remit debout et la truffe au sol, se mit à flairer de-ci de-là.

Il gratta un peu sol et éternua, soufflant un nuage de cendres. Intriguée, la jeune recrue se releva et s'approcha.
Les restes d'un feu de camp avait été enterrés ici. Et il était manifestement très récent, pas plus d'un jour ou deux.
Qui avait bien pu venir camper ici ? Elle n'avait pas eu vent d'un quelconque exercice en plein air, et tout voyageur ou visiteur aurait bien mieux fait de demander l'hospitalité à la Légion...

Accroupie et regardant les cendres, Al se perdit en conjectures.
Revenir en haut Aller en bas
Jean
Invité



MessageSujet: Re: A l'orée du bois   Lun 14 Juin - 8:51

De longues journées de cheval avait fatigué Petit Jean,dont le ventre était aussi vide qu'une barrique sans bière ou vin.
Ce grand gaillard à la taille impressionnante doué d'une force supérieure à la normale,était le grand ami de Robin des bois.


Lentement Petit Jean s'enfonça dans cette immense forêt qu'il ne connaissait point,mais qui ressemblait toutefois à celle de Sherwood.

La main droite prête a dégainer son épée,car il venait de croiser des légionnaires plus en amont du bois et vu d'immenses remparts d'où ces hommes devaient surement en faire parti,il continua essayant de ne pas faire trop de bruit à pénétrer la foret.

Entendant des petits jappements inhabituel,le cheval de Petit Jean se cabra fougueusement,mettant l'homme au sol.
Il se releva et essaya de calmer son cheval.


Ohh la ,ohhh la mon ami reste tranquille voyons ce n'est qu 'un chien !!
Un maudit petit cabot!!


C'est à ce moment la qu'il aperçut la militaire accroupie qui avait l'air d'inspecter quelques chose au sol.

Trop tard pour fuir,trop tard pour ce cacher,ce maudit chien avait trahis sa présence.


Hummmm
Bonjour jeune légionnaire ,votre petit chien à fait peur à mon cheval,c'est marrant quand c'est la petite bête qui fait peur à la grosse.


Petit Jean ria de sa phrase essayant de montrer qu'elle ne risquait rien face à lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A l'orée du bois   Lun 14 Juin - 16:46

Accroupie au-dessus des ruines du petit feu de camp la jeune femme réfléchissait intensément, coupée du monde.
Ce n'est qu'au bout de quelques instants qu'elle prit conscience d'une troisième présence (Ouf, la vigilance ça s'entraîne aussi ! ). Elle se releva d'un bond et se retourna, pour voir un géant tenter de calmer son cheval.

Lui aussi l'avait remarquée et bien que ce soit un geste purement inutile au vu de ses compétences en escrime, elle posa une main sur la garde de son épée. Lui n'était pas censé connaître sa totale inexpérience et son attitude serait peut-être un brin dissuasive.
Face à deux mètres de muscles, on a beau faire un mètre quarante les bras levés, on prend toujours ses rêves pour des réalités...


Hummmm
Bonjour jeune légionnaire ,votre petit chien à fait peur à mon cheval,c'est marrant quand c'est la petite bête qui fait peur
à la grosse.


En parlant de p'tite bête, "boule de poils" venait justement de se poster devant sa maîtresse, les poils de l'échine dressaient. Un truc de petit gabarit que de se croire possiblement impressionnant...
Al salua l'homme de la tête.


Mais votre cheval est en fait tout à fait avisé, ce petit fauve est tout à fait redoutable !

La jeune recrue esquissa un sourire amusé.

Vous voyagez messire ? Vous êtes-vous égaré dans notre belle forêt ? Un peu d'aide peut-être ?

Elle était curieuse de savoir ce qu'il faisait là, mais n'était malgré tout pas sûre du tout qu'il ne représente pas une menace. Et à cette distance de la Légion, il ne fallait compter sur aucune aide. A part si d'aventure, quelques légionnaires aient décidé de sortir s'entraîner à l'extérieur, armés et surtout de ce côté-ci de la forêt.
Autant dire qu'elle ne pouvait compter que sur elle-même si les choses tournaient mal...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A l'orée du bois   

Revenir en haut Aller en bas
 
A l'orée du bois
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RP] Du bois pour le Maistre.
» Une fabrique de jouets en bois
» Poêlée du sous-bois et omelette d'automne.
» Peindre du bois lasuré
» [TUTO] Réaliser des échelles en bois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CASERNE DE LA LEGION POITEVINE :: SECTION RP :: LA FORET-
Sauter vers: