CASERNE DE LA LEGION POITEVINE


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Camp clandestin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Ladrón
Invité



MessageSujet: Camp clandestin   Mer 3 Aoû - 19:42

Ladrón s'était réfugié voilà quelques jours dans les ruines de ce qu'il semblait être un ancien lieu de rassemblement, une église ou une chapelle peut être.
Assis dans un coin, il finissait de préparer le lapereau qu'il avait attrapé au collet. La tâche ne l'empêchait pas de rester attentif au moindre bruit.
Il devait se faire oublier...

Le lapereau embroché sur une fine branchette de chêne, il se mit à préparer le feu. Les repas n'étaient pas toujours assurés ces temps-ci... celui-ci était pour ainsi dire un festin comparé aux précédents.
Son estomac grogna pour le lui rappeler.

Depuis les ruines, lorsque qu'il montait sur ce qui restait des murs, il pouvait voir la garnison de la Légion.
Il sourit en pensant à cela : quelle meilleure cachette que de vivre à côté de ceux qui voudraient vous retrouver ? il s’esclaffa, seul, comme si la démence pointait son nez.

Les braises rougeoyantes du feu étant juste assez vives, Ladrón mit le lapereau à cuire et alla vérifier ses biens, cachés dans un recoin de l'ex bâtisse. Tout y était, pas eu de visiteur nocturne... ç'aurait été un comble !
Il garderait un œil ouvert, tel le Cyclope face à Ulysse... ou plutôt Ulysse face à Cyclope !
Revenir en haut Aller en bas
Ladrón
Invité



MessageSujet: Re: Camp clandestin   Jeu 4 Aoû - 16:27

Encore un jour se lève sur le Comté... et Ladrón aussi. Que faire de beau aujourd'hui... ? Chercher des voyageurs imprudents pendant que les autorités n'y sont pas !

Il gravit les ruines et examina la caserne... elle lui semblait déserte. Il se félicita de s'être établit ici lieu. Il trouva l'idée digne d'un grand stratège. Alors que tout le monde le chercherait à 50 lieues autour, il serait tranquille... aidant quelques voyageurs trop chargés, fatiguant sous le poids de leurs paquets à se déplacer plus facilement.

Les guerres ne profitent pas à ceux qui la font... mais qu'est ce que l'on peut s'enrichir pendant ce temps
, se pensa-t-il. Non pas qu'il fut un grand commerçant ni un grand travailleur, mais le maniement des armes lui suffisait à récupérer ce qu'il convoitait, fut-ce à quelqu'un d'autre auparavant. Il alla faire un tour dans la campagne, voir où en étaient les voyageurs... ou plutôt les "pigeons" voyageurs. S'armant de sa dague, il se faufila hors des ruines à la recherche de proies bipèdes.
Revenir en haut Aller en bas
Lafa_
Visiteur/Amis
Visiteur/Amis
avatar

Nombre de messages : 4481
Date d'inscription : 18/07/2009

Feuille de personnage
Grade et Compagnie:
Force:
255/255  (255/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Re: Camp clandestin   Ven 5 Aoû - 20:18

La sénéchal avait pris l'habitude ces derniers temps d'aller courir.
Elle avait perdu son partenaire de course et la motivation n'était plus la même. Elle s'aventura pour la première fois vers les ruines.
Elle courrait à travers les ruines quand, surprise, elle aperçut un petit campement... Elle vit les traces d'un feu récent et des ossements... Quelqu'un était venu par ici... Pas un légionnaire non mais peut être un brigand... Elle n'avait pas ses armes sur elle...

Elle scrutait les alentours et essayait de détecter une présence humaine... Elle était sur ses gardes mais pas question de détaler... Sa curiosité la poussait à attendre le retour éventuel du réfugié des ruines...
Revenir en haut Aller en bas
Ladrón



Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 08/08/2011

MessageSujet: Re: Camp clandestin   Mer 10 Aoû - 16:28

Ladrón revenait à son campement de fortune, content de lui...

Il avançait lentement, mais cela était rassurant : la récolte avait été bonne.
Quand il y pensait, les circonstances sont parfois avantageuses : il avait jeté son dévolu sur deux jeunes voyageurs - pour ne pas dire pigeon - qui se trouvaient là. Mais au moment de sortir de derrière son fourré, dague en avant, il vit arriver un vagabond. Rien de bien important à première vue si ce n'était le fait qu'il était autrement bien chargé pour un déshérité. Ah là non ! Ladrón n'aimait pas qu'on vienne piétiner ses plates bandes et encore moins qu'on embête ses voyageurs. C'est comme ça qu'il se retrouvait chargé de produits plus ou moins insolites ; certains étaient utiles, mais d'autres... à quoi pouvaient ils servir ? Le vagabond était redevenu un vrai vagabond !

Il peinait à tirer la charrette à travers les ruines. Il fit une pause, bien méritée de son avis peu objectif.
Il reprenait son souffle tout en laissant son esprit vagabonder. Et tout haut, pour lui-même :
Comment ai je pu travailler si longtemps à la mine ou dans les champs, alors qu'en une journée j'ai gagné un mois de salaire ? Il n'en croyait pas ses pensées. Il dut se retourner et vérifier la charrette avec les sacs de pièces d'or et les marchandises. Bon allez faut mettre ça à l'abri.

Mais il ne bougea pas immédiatement, se sentant observé.
Revenir en haut Aller en bas
Lafa_
Visiteur/Amis
Visiteur/Amis
avatar

Nombre de messages : 4481
Date d'inscription : 18/07/2009

Feuille de personnage
Grade et Compagnie:
Force:
255/255  (255/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Re: Camp clandestin   Mer 10 Aoû - 21:42

Elle s'était cachée attendant le retour de celui ou celle qu'elle pensait être un vagabond... Accroupie derrière un bloc de pierre, elle passait sa tête à découvert vers le lieu de campement voulant surprendre le visiteur...
Un bruit de roue sur les pierres...Une charrette surement se disait-elle... Elle entendait marmonner des paroles incompréhensibles...
Puis plus rien... Le rythme de son coeur s'accéléra...
Elle pencha la tête en direction de la source des bruits et vit un homme penché dans sa charrette... Elle n'en distinguait pas le contenu mais voyait que l'homme possédait une dague...
Elle n'était pas armée et pensait qu'il valait mieux qu'elle soit accompagnée pour aller à la rencontre de l'inconnu...
Néanmoins il fallait qu'elle essaie de s'en aller sans bruit... Retenant son souffle, elle se releva et se colla contre la pierre... Avança un pied... Esquissant un départ sur une marche prudente... Son pied heurtant un caillou...


Clac... CcccRRrrrRRrr

Elle se stoppa net... Se plaqua contre la pierre espérant que le vagabond n'ait rien entendu...


Dernière édition par lafarmaciene le Jeu 11 Aoû - 9:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ladrón



Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 08/08/2011

MessageSujet: Re: Camp clandestin   Jeu 11 Aoû - 8:50

Après un temps d’arrêt, son regard se posa sur le drapeau Poitevin posé sur la plus haute tour de garde de la caserne de la légion, seul élément visible du bâtiment d’où il se trouvait. Tu fabules mon vieux, qui pourrait te trouver ici ? Mettons tout ça à l’abri dans...

Clac... CcccRRrrrRRrr

Il s’arrêta net. Y a-t-il quelqu’un ou est-ce mon imagination qui me joue un tour ?
Tout en réfléchissant, sa main cherchait du bout de ses extrémités la dague.
C’aurait été il y a deux jours, il serait parti, laissant tout derrière lui. Mais c’était avant. Avant de rencontrer un concurrent et de lui apprendre le respect des territoires en le soulageant de ses biens mal acquis. Il fronça les sourcils, examinant chaque pierre visible. Rien n’avait l’air d’avoir bougé. Ce sont des ruines, qu’est-ce tu veux qu’elles fassent à part s’effriter ? Il attendit cinq minutes, cinq longues minutes ; mais rien de bien significatif lui parvint.

Il pensait bouger. L’endroit qu’il trouvait parfait finissait par lui donner des hallucinations. Fallait qu’il mange, depuis le temps qu’il ne l’avait plus fait suffisamment pour se rassasier… reprenant la charrette à pleine main, il la tira vers son campement soulagé d’être seul dans le secteur.
Revenir en haut Aller en bas
Lafa_
Visiteur/Amis
Visiteur/Amis
avatar

Nombre de messages : 4481
Date d'inscription : 18/07/2009

Feuille de personnage
Grade et Compagnie:
Force:
255/255  (255/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Re: Camp clandestin   Jeu 11 Aoû - 10:41

Les bruits de la charrette reprirent, il semblait ne pas l'avoir repérée... Tant qu'il ne pénétrait pas dans la caserne il ne faisait rien de mal... Mais elle l'aurait à l'oeil...
Elle en profita pour sortir de sa cachette à grandes enjambées, le bruit des roues sur les pierres camouflant celui de ses pas... Elle devait contourner les ruines pour ne pas passer devant lui... Elle courait jusqu'à la caserne espérant ne pas être découverte...
Revenir en haut Aller en bas
Ladrón



Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 08/08/2011

MessageSujet: Re: Camp clandestin   Jeu 11 Aoû - 15:31

Après un ultime effort, la charrette était à l’abri ; de la pluie mais surtout des regards indiscrets. Le temps de reprendre son souffle, de s’étirer et… Mais qu’est-ce que… ? Nom d’un canidé enragé ! Le cœur se mit à tambouriner. Les palpitations lui firent monter le sang à la tête. Paniqué, il tourna trois fois sur lui-même à la recherche d’une silhouette : personne à première vue.

Essayant de reprendre le contrôle de lui-même, il se pencha sur ce qui était à l’origine de ce coup de sang : une empreinte de pas. En l’examinant, il émit l’idée qu’elle pourrait appartenir à un enfant, ou éventuellement à une femme. La marque de la botte était bien plus courte que celle de ses chausses crasseuses.

Soudain, il fit la relation entre le bruit entendu quelques minutes auparavant et la marque au sol. La personne ne devait pas être bien loin. Il fit le tour des ruines à toute vitesse, pensant n’avoir rien à redouter du physique d’un enfant ou d’une femme. Rien hormis deux traces plus profondes au pied d’un pan de mur. Certainement un saut de mon visiteur. La profondeur des traces confirmait son avis précédent : il ne s’agissait pas d’un homme adulte.

Sans réfléchir, il courut à son observatoire personnel, donnant sur la caserne. Il balaya la campagne de ses yeux persans, comme lorsqu’il recherche ses proies. Il ne mit pas longtemps à voir une silhouette plutôt féminine, et plutôt… Il devint blême. La couleur des vêtements : simple coïncidence ? Il eut du mal à déglutir. Un frisson le ramena à la réalité : il y avait une forte probabilité qu’il connut cette femme. Il l’avait croisée alors qu’il ratissait les chemins.

Il descendit de son promontoire.
M’a-t-elle reconnu ? Peu probable, elle ne m’avait certainement pas vu la première fois. Quoique… voyons.
Il se rappela comment il avait croisé son chemin : il dépouillait au gré du vent sur les chemins. Il voyageait à la nuit tombé et finissait la nuit dans les fourrés à l’abri des regards. Mais ce jour là, alors que le ciel était déjà bien illuminé par un soleil plus vaillant que lui, rien ne s’en fut comme il l’avait prévu. En fait, il pensait jouer de sa dague. De son fourré, les bruits perceptibles étaient de bon augure : des gens allaient et venaient sur le chemin. Il se mit à faire briller sa dague, c’est mieux quand la lame brille, ça impressionne et permet une coopération plus docile. Une fois prêt, il avait osé jeter un coup d’œil… c’est là qu’il l’avait vue. Sa mâchoire n’aurait pas été bien accrochée, il l’aurait retrouvé à terre. Belle, droite, en forme,… bref, mais pas seule… là était le souci. Et c’est bien Ce Souci qui l’empêchait de refermer la bouche : plusieurs étendards flottaient au milieu des tentes de militaires armés jusqu’aux dents ! Il était vite rentré dans son buisson pour y réfléchir. Il reconnaissait un étendard : celui des Aigles de Thouars. La peur passée, il comprit qu’ils n’étaient pas là pour lui. Il serait mort depuis belle lurette : ils auraient fouillé les alentours et l’auraient vite trouvé. Cependant, il avait aussi compris qu’il lui faudrait être sage et rentrer, ce qu’il avait fait dès la nuit tombée.

Était-ce elle ? Son image hantait son esprit sans qu’il puisse faire quoique ce soit.
Ladrón - nom qu’on lui donnait dans son pays d’origine et où il n’était plus le bienvenue et pour cause ! - était au pied des ruines, le regard fixé sur le drapeau de la caserne. Plus de silhouette visible, mais le petit pois qui lui servait de cerveau tournait toujours à plein régime.
Revenir en haut Aller en bas
Gengis0
Sénéchal
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 2725
Age : 49
Date d'inscription : 14/08/2009

Feuille de personnage
Grade et Compagnie: Sénéchal / Chef d'Escorte du GEP
Force:
255/255  (255/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Re: Camp clandestin   Jeu 11 Aoû - 21:06

Tu aurais vu un homme? Près des ruines? C'est étrange tu sais, parce que depuis ..., depuis son décès, j'y viens souvent et je n'ai rien vu de spécial? Mais nous allons voir ça, montre-moi le chemin.

Gengis, avait croisé Lafa qui rentrait rapidement à la caserne. Elle lui avait rapidement expliqué vouloir rentrer chercher une arme, car elle avait vu un rôdeur près des ruines. Le sénéchal s'était forcément proposé pour l'accompagner, il n'appréciait pas qu'on rôde près de la caserne, mais surtout pas dans les ruines, c'était son coin à lui, son refuge. Les voilà donc tous deux sur le chemin menant aux ruines, l'oeil et l'esprit aux aguets.

_________________
En retraite => 15 janvier minimum

Il faut 50 ans pour faire un chêne, il faut 1 heure pour l'abattre.

Mes cloches me parlent, mais vous ne les entendez pas, merci! C'est l'image que Gengis a de la voix de sa conscience
Revenir en haut Aller en bas
Lafa_
Visiteur/Amis
Visiteur/Amis
avatar

Nombre de messages : 4481
Date d'inscription : 18/07/2009

Feuille de personnage
Grade et Compagnie:
Force:
255/255  (255/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Re: Camp clandestin   Jeu 11 Aoû - 21:17

Elle avait récupéré une dague et le sénéchal Gengis avec elle... Pour une fois que les cloches ne l'assourdissaient pas elle en profitait... Elle était encore essoufflée par sa course.

Oui il y a un homme... Je l'ai vu... Il tirait une charrette... Enfin j'ai vu son dos quoi.
Il a établi un campement dans les ruines... C'est un vagabond je crois mais je trouve le contenu de sa charrette imposant... Un marchand peut-être... Enfin un marchand ne se cacherait pas...


Ses idées étaient confuses, elle se sentait plus rassurée avec le sénéchal à ses cotés... Pointant son doigt vers un tache sombre au loin...

Tu vois... Là bas... Son campement est là, il y a de la fumée...
Revenir en haut Aller en bas
Ladrón



Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 08/08/2011

MessageSujet: Re: Camp clandestin   Ven 12 Aoû - 8:55

Il avait mis du temps à décrocher son regard du drapeau. Non pas qu’il l’admira outre mesure, mais qu’il réfléchissait à cette silhouette féminine. Devrait-il s’en méfier ? Mais il fut vite rappeler à l’ordre…

Un peu du bois pris au brigand qu’il venait de croiser servit à faire un feu. Son estomac l’avait sommé de le ravitailler, il ne pouvait s’en dédire. Tout en préparant un festin – il pouvait se le permettre au vu de la marchandise entreposée dans la charrette – pour fêter cette victoire de sa justice sur les impies, il songeait aux conséquences possibles de cette visite imprévue dans les ruines. Était-ce bien elle ?
Dans son fort intérieur, il en était convaincu. Ces réflexions l’empêchaient de profiter pleinement du moment.

A savoir que pour Ladron, voler un brigand n’est que justice divine rendue, et non pas un crime de brigandage. Et pour s’en défendre, il se dit tout haut :
« L’Ost, n’en font-ils pas autant ? Ne pillent-ils pas les bourses et les charrettes des brigands ? Comment pourraient-ils alors me condamner pour ce même acte ? Tout cela n'est que justice.»

Il savait que l’ancien propriétaire temporaire des biens ne porterait pas plainte… Comment le pourrait-il ? Il sourit à cela.

Pendant que le feu consumait les buches, il rangea les marchandises dans un recoin de la bâtisse. Il avait empilé des pierres d’éboulis afin de fabriquer une sorte de coffre. Ce meuble de fortune se fondait bien dans le décor. Il ne dépareillait pas et sa profondeur était assez importante pour cacher ce qu’il contenait sans avoir de couvercle. Il y entreposa ses écus, les denrées et autres bricoles. Les buches quant à elles, il les mit à l’entrée, à une dizaine de pieds du feu, question de commodité.

Le temps de tout ranger, les braises étaient prêtes. Il posa la viande bovine sur une pierre plate, elle-même mise au beau milieu des braises. Les légumes, dans une gamelle en terre cuite, reposaient directement sur lesdites braises.


Journée de repos aujourd’hui. Mmm faudra que je vende des trucs qui me sont inutiles au marché… Il marmonnait la bouche pleine répondant ainsi à l’appel du ventre.
Revenir en haut Aller en bas
Lafa_
Visiteur/Amis
Visiteur/Amis
avatar

Nombre de messages : 4481
Date d'inscription : 18/07/2009

Feuille de personnage
Grade et Compagnie:
Force:
255/255  (255/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Re: Camp clandestin   Ven 12 Aoû - 11:46

Ils arrivèrent vers les ruines... Elle proposa de se cacher derrière un buisson... Elle le voyait, au milieu des ruines en train de se restaurer.
Elle regardait le sénéchal Gengis, espérant que celui ci ne se laisserait pas aller à ses instincts gastronomiques et n'irait pas "taper la causette" pour disserter de la cuisson de la viande... Il fallait le prendre sur le fait... Elle était sure que sa charrette n'était pas remplie par l'opération d'Aristote...
Elle regarda le sénéchal et lui chuchota...


Tu en penses quoi? On fait quoi ? On le prend par surprise ?
Revenir en haut Aller en bas
Gengis0
Sénéchal
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 2725
Age : 49
Date d'inscription : 14/08/2009

Feuille de personnage
Grade et Compagnie: Sénéchal / Chef d'Escorte du GEP
Force:
255/255  (255/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Re: Camp clandestin   Ven 12 Aoû - 12:29

Bien sûr, l'odeur titillait les naseaux du sénéchal, ces derniers jours, il avait peu mangé, trop occupé, mais là, devant ce feu, les instincts naturels reprenaient le dessus, une envie de vivre profondément cachée, mais qui se réveillait parfois, surtout avec une odeur pareille.
Il posa la main sur le bras de Lafa.


Bon, écoute, on va la jouer intelligent, je vais passer, genre innocent, j'vais engager la conversation, genre bon voisinage et essayer d'en savoir plus. Toi tu restes ici, en renfort si ça tourne mal. Et ne bouge pas tant que rien n'est suspect, d'accord?

Mais en fait Gengis n'attendit pas l'accord, il s'avança sur le chemin, sur le qui-vive malgré tout, l'esprit aux aguets du moindre signal de ses encombrantes locataires crâniennes.
Arrivé à proximité du bonhomme


Hola mon brave, la chasse a été bonne on dirait
prend l'air le plus décontracté possible, malgré son uniforme noir

_________________
En retraite => 15 janvier minimum

Il faut 50 ans pour faire un chêne, il faut 1 heure pour l'abattre.

Mes cloches me parlent, mais vous ne les entendez pas, merci! C'est l'image que Gengis a de la voix de sa conscience
Revenir en haut Aller en bas
Ladrón



Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 08/08/2011

MessageSujet: Re: Camp clandestin   Ven 12 Aoû - 14:40

La bouche pleine de victuailles, Ladrón mangeait bruyamment. Un peu trop apparemment puisqu’il n’avait pas vu venir l’intrus. La surprise n’en fut plus grande que la voix était assez grave pour être celle un homme. Il détestait les surprises. Il leur préférait une planification minutieuse. Les imprévus étaient souvent synonymes de pertes. Quoiqu’il en soit, l’effet de surprise était bien là.

Hola mon brave, la chasse a été bonne on dirait


Ladrón sursauta en crachant la moitié des denrées présentes dans sa bouche ô combien trop pleine.
Il se redressa trop vite. Il avait eu le réflexe de porter sa main à sa dague, ce qui ne fit qu’aggraver les choses. Tentative de rétablissement par un, puis deux pas en arrière et ladite tentative échoua, tout comme lui. En tombant à la renverse, le reste de nourriture se coinça dans le fond de sa gorge. Le regard fixé sur l’inconnu, il sentait son impuissance l’envahir d’angoisse.

Sa pauvre mère lui disait déjà tout gamin : "Ne te gouinfre pas comme ça. Prends le temps de mâcher. Un jour tu t'étouffera et la mort viendra te chercher. " Il n'en avait cure. S'étouffer avec la nourriture était le cadet de ses soucis. Sa priorité était surtout d'en avoir à ingérer ! Et là...

Il était en train de s’étouffer, lamentablement, tandis que ses lèvres se cyanosaient. Cet inconnu est là pour me dépouiller, c’est sûr. Et je n’aurais même pas pu me défendre. Pire, je vais mourir sans qu’il n’est à se salir les mains.


Arrrg… Ouarrr… Ses yeux exorbités imploraient pour la première fois un voleur. Ce ne peut être qu’un voleur… Qui viendrait dans ces ruines, vêtu tout de noir ? Il lacha sa dague, asphixié.
Revenir en haut Aller en bas
Gengis0
Sénéchal
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 2725
Age : 49
Date d'inscription : 14/08/2009

Feuille de personnage
Grade et Compagnie: Sénéchal / Chef d'Escorte du GEP
Force:
255/255  (255/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Re: Camp clandestin   Ven 12 Aoû - 15:33

L'homme se redresse brusquement, la surprise sans doute, il n'avait pas du l'entendre arriver. Mais lorsqu'il porta la main à sa dague, les locataires de l'esprit de Gengis s'éveillèrent, comme toujours, fermant la raison.

Dague Gengis, ton épée, frappe, il est dangereux

La main au pommeau, sous influence, l'épée sort et pointe l'homme. Il a reculé, il est tombé à la renverse. Le sénéchal fait deux pas vers lui, l'observe, le regard gris acier. Il s'étouffe. Gengis le regarde mourir, sourire ricanant aux lèvres.

Bien joué Gengis, il n'envahira plus ton terrain, parfait.

La dague tombe, le regard acier croise ses yeux. Une lueur bleue réapparait dans le gris profond, l'humanité revient lentement. Le sénéchal hésite, et s'il était tourangeau, il mériterait cent fois de mourir. L'épée s'abaisse, il ne quitte pas son regard. Soupir excédé, foutue éducation.
Il range l'épée, attrape le gaillard par les épaules, il a déjà bien bleuit, le retourne et frappe plusieurs fois violemment dans son dos, juste entre les épaules.


Allez gaillard, craches, t'as de la chance j'suis bien luné. Allez foutre dieu, respire.

Fait un signe discret à Lafa de se tenir prête au cas où le gaillard retrouverait ses esprits trop vite, puis ramasse la dague restée au sol, et la glisse dans sa ceinture.

Alors ca y est t'as craché?

s'apprête à refrapper dans la négative

_________________
En retraite => 15 janvier minimum

Il faut 50 ans pour faire un chêne, il faut 1 heure pour l'abattre.

Mes cloches me parlent, mais vous ne les entendez pas, merci! C'est l'image que Gengis a de la voix de sa conscience
Revenir en haut Aller en bas
Lafa_
Visiteur/Amis
Visiteur/Amis
avatar

Nombre de messages : 4481
Date d'inscription : 18/07/2009

Feuille de personnage
Grade et Compagnie:
Force:
255/255  (255/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Re: Camp clandestin   Ven 12 Aoû - 15:55

Elle regardait la scène plutôt inquiète voyant le sénéchal avec le même regard que celui qui avait croisé le sien quand il pointa son épée sur elle...
Elle n'avait pas d'amitié particulière pour le malheureux mais le voir s'étouffer sans que Gengis ne bouge lui glaçait le sang...
Elle s'apprêtait à sortir de son buisson quand le sénéchal réagit enfin...

Elle croisa son regard et souffla de soulagement...

Quand la peur fut passée, un sourire lui vint aux lèvres... Le ridicule de la situation lui sauta aux yeux et elle pouffa de rire mettant ses mains sur sa bouche pour ne laisser aucun son en sortir... Néanmoins elle ne put se retenir, et un petit rire sortit des buissons... Elle essaya de respirer lentement pour reprendre son sérieux...
Elle restait accroupie derrière sa cachette, les yeux brillants, le sourire aux lèvres attendant un signe du sénéchal... Avec... Quand elle observa l'homme comme un air de déjà vu... Elle l'avait déjà croisé mais où...
Revenir en haut Aller en bas
Ladrón



Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 08/08/2011

MessageSujet: Re: Camp clandestin   Ven 12 Aoû - 18:35

Au regard sadique de son visiteur, il comprit que son heure était venu. Il ferma les yeux.

...

Douleur intense dans le dos...

Allez gaillard, craches, t'as de la chance j'suis bien luné. Allez foutre dieu, respire.

Obéissance instinctive... Suffocation et air brulant qui entre dans les poumons : drôle de mélange... Qu'est ce que... ? Envie de vomir... mmm trop dur de gagner la nourriture, serre les dents mon vieux.


Alors ca y est t'as craché?


Ouvrir les yeux... Mais y va refrappé le fou ! Toux irrépressible. Le morceau incriminé était sorti d'un coup. Devant la menace d'être rudoyé une deuxième fois, il essaya de se dégager et une fois par terre, recula en poussant sur ses jambes en ne quittant pas son bourreau des yeux.

La peur. Seul ce sentiment était perceptible en lui. Il avait eu peur de mourir... et maintenant peur de ce qui allait lui arriver : sa dague, son seul moyen de défense était à la ceinture du grand costaud.

Nouvel effroi en repensant au regard de l'énergumène pendant qu'il s'étouffait. Et s'il m'avait sauvé juste pour me faire encore plus souffrir... Il était pris au piège. Seuls deux mots sortirent de sa bouche :
Por favor !



Revenir en haut Aller en bas
Gengis0
Sénéchal
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 2725
Age : 49
Date d'inscription : 14/08/2009

Feuille de personnage
Grade et Compagnie: Sénéchal / Chef d'Escorte du GEP
Force:
255/255  (255/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Re: Camp clandestin   Ven 12 Aoû - 19:18

Ah enfin le gaillard semblait donner signe de vie, toux intense, ben qu'est-ce qui lui prend v'la qu'il se carapate
Il regarde le bonhomme se tailler comme un crabe, surprend le regard terrorisé. Haussement de sourcil, arf pas clair le bonhomme, sûrement des trucs à se reprocher.
Gengis s'approche, il va lui tendre la main histoire de l'aider à se relever. Parce que, pour ce qui était du plan de départ, genre je me balade, je taille une bavette tranquille histoire de voir ce que le bonhomme fait là, ça avait plutôt mal démarré. Soudain le gars cause ...
Por favor

le sang de Gengis ne fit qu'un demi-tour, il attrape le gaillard au col, le soulève, plonge son regard dans le sien.

vindiou de corne de bique à poil, tu manques pas d'air toi! J'te sauve et tu me traites de porc!! J'vais te couper en rondelle, t'es chez moi, t'as rien à foutre là!
Attrape la dague à la ceinture et la pointe sur le ventre du rôdeur
J'vais te saigner, on verra qui est le porc! passe entre les dents serrées de rage

_________________
En retraite => 15 janvier minimum

Il faut 50 ans pour faire un chêne, il faut 1 heure pour l'abattre.

Mes cloches me parlent, mais vous ne les entendez pas, merci! C'est l'image que Gengis a de la voix de sa conscience
Revenir en haut Aller en bas
Lafa_
Visiteur/Amis
Visiteur/Amis
avatar

Nombre de messages : 4481
Date d'inscription : 18/07/2009

Feuille de personnage
Grade et Compagnie:
Force:
255/255  (255/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Re: Camp clandestin   Ven 12 Aoû - 19:29

Elle vit Gengis tendre sa main et... le malheureux le supplier... Elle ne comprit pas pourquoi Gengis se mit à secouer le vagabond... Elle tendit l'oreille...


vindiou de corne de bique à poil, tu manques pas d'air toi! J'te sauve et tu me traites de porc!! J'vais te couper en rondelle, t'es chez moi, t'as rien à foutre là!

Elle se releva d'un trait et sortit du buisson... Ses jambes engourdies... Plus dure sera... la chute... Et patatra... Elle se releva frotta ses vêtements... Bon ils sont trop occupés ils n'ont rien vu...

Elle s'interposa entre eux et regarda GG...

Sénéchal!! C'est de l'espagnol il te disait "s'il te plait"... "Por favor" c'est "s'il te plait"... Tu comprends?

Elle afficha un sourire discret au sénéchal et regarda l'homme... Décidément ce visage ne lui était pas inconnu...
Revenir en haut Aller en bas
Ladrón



Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 08/08/2011

MessageSujet: Re: Camp clandestin   Ven 12 Aoû - 21:14

Une main... il lui tendait une main... pour mieux l'assassiner !
vindiou de corne de bique à poil, tu manques pas d'air toi! J'te sauve et tu me traites de porc!! J'vais te couper en rondelle, t'es chez moi, t'as rien à foutre là!
J'vais te saigner, on verra qui est le porc!


En un quart de seconde, il se retrouva à demi étranglé par le costaud. Lunatique ce gaillard. Et piqué au ventre par ce qu'il présumait être son outil de travail. Quel comble.


Perdu, Ladrón poursuivit hésitant dans sa langue maternelle, forçant l'air à passer pour sortir quelques sons.
Porque te... pas... español ?

Dans le même temps... Sénéchal!! C'est de l'espagnol il te disait "s'il te plait"... "Por favor" c'est "s'il te plait"... Tu comprends?

Un coup d’œil de côté, il vit la silhouette familière. C'est bien elle, la commandante que j'ai croisé. Que me veut-elle ? Il déglutit, attendant d'en savoir plus, et surtout d'être reposé à terre sans être embroché façon poulet rôti si tel était le bon vouloir du nerveux.
Revenir en haut Aller en bas
Gengis0
Sénéchal
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 2725
Age : 49
Date d'inscription : 14/08/2009

Feuille de personnage
Grade et Compagnie: Sénéchal / Chef d'Escorte du GEP
Force:
255/255  (255/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Re: Camp clandestin   Sam 13 Aoû - 6:59

Le Sénéchal allait saigner le malpoli quand soudain les yeux gris acier croisèrent le regard de Lafa. Décidément, elle vivait dangereusement, cette manie de s'interposer quand Gengis est armé. Heureusement, les mots traversent encore les limbes de fureur pour parvenir à toucher l'esprit de Gengis.

Sénéchal!! C'est de l'espagnol il te disait "s'il te plait"... "Por favor" c'est "s'il te plait"... Tu comprends?

Dépose les pieds du bonhomme au sol, sans relâcher l'étreinte du col, ni ranger la dague, puis regarde Lafa dans les yeux, dubitatif.

Espagnol? S'il te plait? Qu'est-ce qu'un espagnol fout ici?

Porque te... pas... español ?

Rapide retour sur les yeux du bonhomme, resserrement des dents et du col du type
Ecoutes bien gaillard, j'comprends rien à ce que tu me racontes, mais ta langue elle me plait pas, et arrête de me traiter de porc, parce que je vais perdre patience.

Réappuie la dague sur le bide du bonhomme

_________________
En retraite => 15 janvier minimum

Il faut 50 ans pour faire un chêne, il faut 1 heure pour l'abattre.

Mes cloches me parlent, mais vous ne les entendez pas, merci! C'est l'image que Gengis a de la voix de sa conscience
Revenir en haut Aller en bas
Ladrón



Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 08/08/2011

MessageSujet: Re: Camp clandestin   Sam 13 Aoû - 10:27

Ladron n'avait pas envisagé une telle situation. L'homme croyait qu'il était espagnol, c'était le but. Mais il n'avait pas envisagé que cela le mette encore de plus mauvaise humeur.
En fait, d'espagnol, il n'avait eu que des amis frontaliers. Habitant du pays basque dans le Royaume de France, il avait appris quelques mots pouvant ainsi faire illusion auprès de non initiés à la langue.

Mais là, il était mal engagé...

La peur.
Cette peur qu'il n'avait pas connu depuis des années le tenaillait, l'encerclait. Elle s'insinuait lentement au plus profond de lui-même.
Et plus que les mains de l'homme à son col, elle l'étouffait. Elle s’accrut lorsqu'il sentit un filet de liquide chaud suinter le long de sa cuisse gauche.

La seule échappatoire qui lui vint à l'esprit fut d'implorer l'arbitre de la rencontre malencontreuse.
Pour ne pas donner d'autres raisons de le malmener, il continua son stratagème linguistique.
Comandante de la Ost, ayuda !
Revenir en haut Aller en bas
Lafa_
Visiteur/Amis
Visiteur/Amis
avatar

Nombre de messages : 4481
Date d'inscription : 18/07/2009

Feuille de personnage
Grade et Compagnie:
Force:
255/255  (255/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Re: Camp clandestin   Sam 13 Aoû - 11:50

Elle pinçait ses lèvres de voir le Sénéchal aussi soupe au lait et apparemment décontenancé par la langue qui est ma foi plutôt agréable à entendre...


Comandante de la Ost, ayuda !


Hum... Elle n'avait pas pratiqué la langue récemment mais il lui semblait que l'accent de cet homme était assez... particulier... Elle en aurait le coeur net...

Sénéchal je vais m'en occuper, calme toi...

Elle regarda l'homme et s'exprima tant bien que mal...

Soy afligida, es muy nervioso de momento... Dé él a comer y estará mejor...

Elle regarda Gengis et lui fit un sourire...

Hum... Heu je lui dis juste de rester calme et pas d'embrouille sinon tu l'embroches...

Elle racla sa gorge et reprit avec l'étranger...

¿ Que hace aquí ? ¿ Que quiere ?

Elle reprit son souffle. Elle était bien plus à l'aise avec la langue angloise.
Revenir en haut Aller en bas
Gengis0
Sénéchal
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 2725
Age : 49
Date d'inscription : 14/08/2009

Feuille de personnage
Grade et Compagnie: Sénéchal / Chef d'Escorte du GEP
Force:
255/255  (255/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Re: Camp clandestin   Sam 13 Aoû - 14:58

Sénéchal je vais m'en occuper, calme toi...

Gengis regarde Lafa, et souffle.

D'accord, mais je le lâche pas. Si tu comprends quelque chose à son charabia.

Le geste suit la parole, il resserre encore l'étreinte. il s'écarte légèrement pour laisser Lafa parler, tenant la dague à proximité du ventre de l'espagnol. L'odeur de la viande rôtie lui chatouillait à nouveau les narines, exacerbant son impatience.

Hum... Heu je lui dis juste de rester calme et pas d'embrouille sinon tu l'embroches...

Signe positif de la tête, approche un peu plus la lame du ventre du bonhomme, histoire d'appuyer les mots de Lafa.

_________________
En retraite => 15 janvier minimum

Il faut 50 ans pour faire un chêne, il faut 1 heure pour l'abattre.

Mes cloches me parlent, mais vous ne les entendez pas, merci! C'est l'image que Gengis a de la voix de sa conscience
Revenir en haut Aller en bas
Ladrón



Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 08/08/2011

MessageSujet: Re: Camp clandestin   Sam 13 Aoû - 19:47

Sénéchal je vais m'en occuper, calme toi...

Ouf... oui, oui, qu'il se calme ! Coup d’œil discret à l'homme. Pas l'air de vraiment se cal...Il fut coupé dans ses pensées par un :

Soy afligida, es muy nervioso de momento... Dé él a comer y estará mejor...

Ladrón resta dubitatif.

Hum... Heu je lui dis juste de rester calme et pas d'embrouille sinon tu l'embroches...

Ladrón ne broncha pas. Si c'est la vrai traduction, j'avais saisi les tenants et les aboutissants - surtout mon aboutissement - avant votre intervention, se pensa-t-il.

¿ Que hace aquí ? ¿ Que quiere ?


Ladrón attendit une traduction... qui ne vint pas. Zut ! Mais vu le ton autoritaire employé par la dame, elle ne devait pas lui demander ce qu'il pensait du temps qu'il faisait dehors. Que peut-elle vouloir savoir à part mon identité ? Essaie.

Ladrón ! Ladrón !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Camp clandestin   

Revenir en haut Aller en bas
 
Camp clandestin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» René Préval à camp Corail
» Confirmé: Le Choléra est venu d'un camp népalais
» Decors : Aide de Camp ?
» Attaque d'un camp orque
» [Idée Scénario] bourre-pif autour d'un feu de camp

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CASERNE DE LA LEGION POITEVINE :: SECTION RP :: LES RUINES-
Sauter vers: