CASERNE DE LA LEGION POITEVINE


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une colline près du cimetière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gengis0
Sénéchal
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 2725
Age : 49
Date d'inscription : 14/08/2009

Feuille de personnage
Grade et Compagnie: Sénéchal / Chef d'Escorte du GEP
Force:
255/255  (255/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Une colline près du cimetière   Mar 16 Aoû - 20:56

Le soleil inondait la plaine séparant Saumur de Chinon. Gengis posté sur une colline regardait fixement dans la direction de Chinon. Il était irrésistiblement attiré.

Ils sont la-bas Gengis, tous, ils sont la-bas. Un homme seul, discret, motivé, se fondant dans la nuit, on doit pouvoir en éliminer quelques-uns, tu ne crois pas? Si, nous sommes sûres, tu peux le faire, tu dois le faire, pour elle, et pour toi. Payer ta dette, acheter ton pardon, il le faut.

GEEEEEENNNNNGIS .....!
Une voix dans le lointain, Gengis n'entend pas il scrute l'horizon, appuyé sur son épée.

_________________
En retraite => 15 janvier minimum

Il faut 50 ans pour faire un chêne, il faut 1 heure pour l'abattre.

Mes cloches me parlent, mais vous ne les entendez pas, merci! C'est l'image que Gengis a de la voix de sa conscience
Revenir en haut Aller en bas
Edémias
Sénéchal
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 779
Date d'inscription : 16/06/2011

Feuille de personnage
Grade et Compagnie: Sénéchal Ière Légion de Niort, La Rochelle et Saintes
Force:
255/255  (255/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Re: Une colline près du cimetière   Mer 17 Aoû - 7:51

Les traces de pas étaient nettes et bien visibles, Edémias n'eut pas de mal à les suivre.

Il ne s'expliquait pas vraiment l'angoisse qui le tenaillait , qui était née de son constat au cimetière, si ce n'était que , mettre en terre et se séparer d'un être cher ainsi, seul, de ses propres mains, sans la présence de ses amis, des proches, était inhabituel, et surtout, pas dans les valeurs aristotéliciennes, dont Edémias savait pertinemment qu'elles étaient les croyances et le fondement de la foi de son parrain.

Il accéléra le pas, se maudissant de n'avoir plus ses béquilles qui lui auraient permis de se propulser à forces de bras, bien plus vite que cette canne. Alors il continua d'appeler :

Geeengis ! Attends moi !

Il haletait, scrutant loin devant lui pour le chercher des yeux, quand soudain il l'aperçu !
Silhouette sombre, se découpant dans la poussière du chemin.
Un léger soupir de soulagement, Ed arriverait à le rejoindre tôt ou tard.

Sur le fil de l’horizon au loin, de la fumée révélait la position du campement ennemi.
Barrière stratégique dissuasive contre une invasion vers chinon.
Le centurion pestait , les intensions du Sénéchal n’étaient que trop claires.

Il appela encore.

Gengis devait l’entendre, mais il ne s’arrêtait pas. Ayant deviné le projet de son parrain, Edémias se dit que seul un argument de poids stopperait l’élan de son ami et le convaincrait de l’attendre.
Il devait faire vite. Si le sénéchal tombait sur un groupe d’éclaireur ennemis, il aurait maille à partir car la colère parfois, faisait manquer de lucidité et altérait l’instinct de survie, qui guidait les gestes d’un combattant et permettait d’anticiper la frappe de son adversaire.

A bout de source , manquant d’inspiration, il le héla en déblatèrent la première chose qui lui vint à l’esprit et qui pu stopper Gengis :

Gengis, elle m’a parlé ! Clo m’a parlé , la bas au cimetière …

En même temps , il adressait une prière muette au très haut :

Pardonne mon mensonge Ari, c’est pour la bonne cause ! Mais Clo n’aurait pas aimer ça …
Revenir en haut Aller en bas
Gengis0
Sénéchal
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 2725
Age : 49
Date d'inscription : 14/08/2009

Feuille de personnage
Grade et Compagnie: Sénéchal / Chef d'Escorte du GEP
Force:
255/255  (255/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Re: Une colline près du cimetière   Mer 17 Aoû - 20:31

Citation :
Gengis, elle m’a parlé ! Clo m’a parlé , la bas au cimetière …

Les mots atteignent leur but. Gengis fronce les sourcils, serre les dents. Il s'arrête et se retourne. Qui, qui est l'impudent qui ose parler à sa sublimissime, qui a osé?

Elle est à nous, pour l'éternité, personne ne peut lui parler, personne Gengis, seulement nous, puni l'affront.

Se dirige rapidement vers l'ombre, reflet de lune dans ses yeux gris acier, main sur le pommeau prêt à sortir l'épée vengeresse.

Comment osez-vous, comment osez-vous lui parler? Vous n'avez pas le droit, PAS LE DROIT

_________________
En retraite => 15 janvier minimum

Il faut 50 ans pour faire un chêne, il faut 1 heure pour l'abattre.

Mes cloches me parlent, mais vous ne les entendez pas, merci! C'est l'image que Gengis a de la voix de sa conscience
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une colline près du cimetière   Ven 19 Aoû - 10:19

Elle l'observait le quartier de lune éclairant ses faits et gestes...

Elle qui maintenant n'était plus qu'une "Ame-Destinée" un être éthéré tombé du firmament pouvant contempler à loisir ce qu'il n'y a encore pas longtemps était son existence, consistant en des instants de bonheur auprès des proches comme la folie furieuse des hommes combattant pour le pouvoir, la religion... est-ce qu'un jour prochain tout cela cesserait, elle en doutait encore plus maintenant d'où elle se trouvait.

Mais là pour l'instant, elle ne voyait qu'un homme perdu, seul et désemparé face à la disparition de celle qui représentait son phare dans la nuit noire... Sa Sublimissime, elle pouvait imaginer sans peine le courage qu'il lui fallait en ces derniers instants avec elle.

Elle était malheureuse pour lui cette mort absurde qui avait réduit à jamais leurs projets, leurs rêves mais pouvait-on lutter indéfiniment contre elle, cette dernière finissait toujours par obtenir son dû.

Elle le vit mettre en terre son cercueil, déposer la rose blanche symbole de leur amour depuis leur rencontre... symbole de l'Eternité... l'Eternité leur fil d'Ariane, leur promesse solennelle, qui aujourd'hui risquait de devenir une entrave au détachement qui tôt ou tard s'avérerait nécessaire, elle se devait d'intervenir malgré tout.... Elle se devait de l'aider à surmonter cette ultime épreuve que la réalité de la vie lui imposait.



Sa triste besogne terminée l'aube pointait déjà au loin, il s'arracha à ce lieu qui désormais serait sa demeure à tout jamais, laissant la trace de son existence pour ceux qui l'avaient cotoyé... plus tard on penserait à elle et à son étourderie légendaire comme lors de certains ordres de son Général.... Elles les voyait déjà sourire à ce souvenir, la mort n'était pas que des regrets et des larmes, elle le savait et l'espérait intérieurement.

- Je ferais dire une messe par Forth ma merveille, je te le promet. Attends-moi, j'arrive, mais j'ai quelque chose à faire avant.


Puis elle le vit s'éloigner, armé, prêt à venger sa mort, son regard gris acier des mauvais jours le guidait aveuglément, elle ne pouvait le laisser agir sous l'emprise de la vengeance et de ses locatrices... ses cloches... elles avaient repris possession de ses pensées et Clo les connaissait bien, ces vieux démons qui ressurgissaient toujours pour l'influencer, le culpabiliser, le pousser vers sa destruction, il fallait coûte que coûte qu'il l'entende, qu'elle arrive à semer le doute dans son esprit, il avait réussi une fois possédant cette faculté de dépassement de soi... à elle de rétablir cette confiance inébranlable qui lui permettrait de se surpasser et vaincre mais il devait la sentir à ses côtés et elle était prête à lui venir en aide, s'approchant de lui le voyant observer un point au loin le regard menaçant, la mâchoire crispée, la main serrant le pommeau de son épée, elle chuchota :



Gengis je suis là... je suis là...

Elle vit bouger imperceptiblement sa tête mais à ce moment s'approcha Edemias son filleul certainement à la recherche de son parrain, elle les savait proche, s'effaçant... enfin s'effaçant seulement pour Gengis car lui seul pouvait la voir, reconnaître sa présence, puis elle entendit Edemias crier :

Gengis, elle m’a parlé ! Clo m’a parlé , la bas au cimetière …

elle dévisagea Gengis, elle savait que c'était maladroit de la part d'Edemias mais lui ne pouvait s'imaginer à quel point ces quelques mots enflammeraient la vengeance de son pauvre Sénéchal...

Comment osez-vous, comment osez-vous lui parler? Vous n'avez pas le droit, PAS LE DROIT

elle se rapprocha alors de lui et l'effleurant telle une légère brise murmura


Gengis reprends toi... je suis là.... je vais t'aider...
Revenir en haut Aller en bas
Gengis0
Sénéchal
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 2725
Age : 49
Date d'inscription : 14/08/2009

Feuille de personnage
Grade et Compagnie: Sénéchal / Chef d'Escorte du GEP
Force:
255/255  (255/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Re: Une colline près du cimetière   Ven 19 Aoû - 11:37

Citation :
Gengis reprends toi... je suis là.... je vais t'aider...

Gengis s'arrête, regard cherchant on ne sait trop quoi. Les dents se desserrent, le visage s'assagit doucement

Ma ... ma merveille? .......c'est toi? ...... c'est toi dis-moi?

Le regard cherche à la ronde, tombe sur Ed, surprise, se masse les tempes

Ed? Que fais-tu là? je .... c'est toi qui vient de me parler, et l'autre gars qui était là tu l'a vu il est où? ...

Gengis faut qu'on y aille, te laisse pas distraire on n'a plus le temps, dépêche, ils ne comprennent rien, allez vient.

Gengis part à la dérive, ne comprend plus rien.

_________________
En retraite => 15 janvier minimum

Il faut 50 ans pour faire un chêne, il faut 1 heure pour l'abattre.

Mes cloches me parlent, mais vous ne les entendez pas, merci! C'est l'image que Gengis a de la voix de sa conscience
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une colline près du cimetière   Ven 19 Aoû - 21:39

Brute, qui avait suivi Ed doucement sans faire de bruit, avait vu, tout vu, et surtout tout entendu, ce qui était audible. Pour le reste, il réfléchissait à la vitesse grand V. Dur dans son état.

Brute s'était attelé toute l'après midi dans l'ombre, une robe blanche, apportée avec lui, tendue par de fins fils de pèche ivisibles, de loin. Or pour son projet, il fallait que Gengis reste assez loi, s'est pour cela, qu'il descendit un peu en contre bas. Il venait d'allumer un feu, assez faible, mais avec plein de mousse, pour faire un maximun de fumée.

Une fois le stratagème prêt, il descedit, apparut devant le feu qui densait derrière lui, lui donnant une forme indescriptible, pas humaine. Il comptait aussi sur Ed, en espérant l'aide de ce dernier.


D'une voie comme sortie d'outre tombe
Soldats, je viens à vous en cette nuit, porteur d'un message.

Puis se déplaçant légèrement, il fit voler la robe blanche dans les airs. Cette dernière fit quelque passage, sembla se stopper, dans l'air.....

Oui je suis porteur d'un message urgent, pour un soldat répondant au nom de Gengis. Message qui m'ait transmis de sa merveille....
Elle m'a dit: Dis cela et seul un homme comprendra, il saura de qui tu parles.


Puis la robe repassa, et une voie semblait en provenir

Gengis, ne fais pas cela, pas encore. Il n'est pas temps, encore. Cette rose blanche, qui nous unis, sera à tout jamais gravé dans nos coeurs, et ne sra qu'a nous eux.
Gengis, écoute les tous, tous ces hommes, qui t'ont parlés, qui ont tentés de t'aider. Par pitié, n'écoutes rien d'autre, encore moins ce que tu crois être moi, en toi, mais qui ne l'ait point.


A ce moment, la robe disparue dans le noir, le feu déclina, la nuit reprenait ses droits.
Brute se dépécha de courrir ailleurs pour ré-apparaitre, à l'opposé, en hélant Gengis et Edemias.


Vous avez été durs à suivre tous les deux, et m'avez bien fait courir, l'un comme l'autre.

Il les regardait, en scrutant leur visage cripés, de la visions qu'ils venaient de voir.
Revenir en haut Aller en bas
Gengis0
Sénéchal
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 2725
Age : 49
Date d'inscription : 14/08/2009

Feuille de personnage
Grade et Compagnie: Sénéchal / Chef d'Escorte du GEP
Force:
255/255  (255/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Re: Une colline près du cimetière   Sam 20 Aoû - 7:05

Décrire l'état dans lequel se trouvait le Sénéchal nécessite un minimum de perspective. Les cloches dans la tête, ça faisait déjà longtemps qu'il les entendait, depuis cette fois où il était coincé par les loups dans la petite église dans son village natal en Hongrie, donc ça il gérait plus ou moins, il était habitué. Quand la colère le prenait, les cloches en question devenaient agressives et irascibles, ça il le gérait beaucoup moins bien , mais il était habitué, encore que la sublimissime n'était plus là pour l'aider. Et c'est là que les problèmes commençaient, parce que la sublimissime, il l'entendait aussi, depuis quelque temps, d'ailleurs elle l'avait appelé, enfin il lui semblait. Mais ce qu'il venait de voir, ça c'était autre chose. Les rides sur le front s'approfondirent, signe de réflexion intense.

Elle m'appelle, me dit qu'elle est là, bon soit. Alors pourquoi, elle envoie quelqu'un d'autre me dire qu'elle va venir? et pourquoi elle aurait dit soldat? elle m'a jamais appelé comme ça? Et c'est bien la première fois qu'elle me dirait de pas l'écouter?
Gengis c'est bizarre t'as raison, c'est pas elle, puis ce gars qui dit qu'elle lui a parlé? Gengis, il faut te rendre à l'évidence, il n'y a qu'une explication Gengis, nous sommes possédés par le Sans Nom, et c'est ta faute, tu n'as pas fait ce que tu devais, tu as traîné, et maintenant nous allons être puni

C'est maintenant la terreur que l'on pouvait voir dans les yeux de Gengis, cette terrible révélation, le Sans Nom, forcément ce ne pouvait être que lui.
AAAAHHHHHH, arrière démon, je ne te laisserais pas m'empêcher de la rejoindre, arrière créature vile, arrière Sans Nom.

Gengis avait dégainé l'épée et la faisait siffler dans l'air, se battant contre un ennemi invisible.

_________________
En retraite => 15 janvier minimum

Il faut 50 ans pour faire un chêne, il faut 1 heure pour l'abattre.

Mes cloches me parlent, mais vous ne les entendez pas, merci! C'est l'image que Gengis a de la voix de sa conscience
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une colline près du cimetière   Sam 20 Aoû - 7:38

Brute descendait tranquillement, la colline, il pris soin de les heler, pas le moment de prendre un coup d'épée. Il évitait les trous, bosquets et se dirigeai vers Gengis, et Edémias. il leur souriait, véritablement content de les voir. Arrivé en bas, il finit de traverser le peu qui le séparait de ses deux amis.

Ouf, pas facile de vous suivre, enfin, au moins cela m'a fait un peu d'exercice. J'espère que Cornélia ne dira rien.

Il se dirigea vers Ed, lui tapota sur l'épaule, puis rejoignit Gengis.

Quant à vous l'amis, je suis vraiment heureux de vous voir. Il m'a fallut courrir, pour vous suivre, et votre piste, n'est pas toujours facile, à suivre.

Mais vous êtes tout blanc, que se passe t'il??


Avant que Gengis, ait eu le temps de répondre, même de bouger. Brute pivotat sur lui même, et la main droite alors jusque là invisible aux yeux de Gengis, se détendit.
Un sifflement, un choc, un son mat, plus rien. Gengis, glissa vers le sol.

Brute lacha son gourdine
et soutint le malheureux. Il l'allongea sur le sol, le couvrit de sa cape.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une colline près du cimetière   Sam 20 Aoû - 16:49

Les dominant tous vu qu'elle pouvait se mouvoir sans que personne ne la remarque, elle avait suivi tout le manège de Brute devinant aisément où il voulait en venir, c'était plein de bonnes intentions mais ... car il y avait toujours un mais surtout avec son Coeur de Sénéchal, il réfléchissait beaucoup, beaucoup trop même !

Le hic était qu'il connaissait parfaitement sa Merveille et que dans le discours il était dit qu'il écoute les autres et ça Brute ne le savait pas mais c'était impossible, inimaginable et le peu de calme qu'elle avait réussi à lui communiquer avec ses quelques mots pour ne pas l'effrayer tombaient à l'eau, ses cloches l'aidant sûrement sa folie transformée en terreur reprenait le dessus.

Il brandit son épée et la fit fendre l'air férocement contre un ennemi invisible.

Elle allait retenter une approche lorsque Brute surgit avec un air trop tranquille, trop sûr de lui, présageant une nouvelle intervention à sa manière, elle ne dit rien redoutant le pire puis faisant discrètement le tour des trois hommes aperçut dans le dos mais trop tard l'énorme gourdin qui s'abattit sur le crâne de son pauvre époux, elle ne pouvait l'en empêcher son état maintenant ne lui permettant que de s'exprimer.
Elle vit Brute le soutenir et le déposer au sol elle s'approcha de lui, lui murmura à l'oreille :

- Lorsque tu seras réveillé, je t'attendrai de nouveau ici ne sois pas terrifié, c'est bien moi, je veux t'aider.... je t'attendrai le temps qu'il faudra....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une colline près du cimetière   Sam 20 Aoû - 19:11

Brute senti comme une présence, mais ne vit rien. Il aurait été dans son île, avec ses pères, il aurait eu l'occasion de se renseigner. Mais là personne, pas une ombre, pas un bruissement de feuilles, de branches. Rien de rien, une nuit calme, bien trop caime pour Brute, qui n'aimait pas cela.

Il se retourna vivement, tous ses sens en éveil, un flottement, rien de plus, rien de moins...........

Brute se leva rapidement, et s'aperçut qu'il était sans armes...


Edemias, vien m'aider s'il te plait. Nous devons lui lier, les mains, pas trop fort, mais pas trop lâche, non plus, je ne voudrais pas de mauvaises surprises, à son réveil.

Une fois les mains liées, Ils l'allongèrent sur un matelat de mousse, de façon la plus confortable possible, et il le couvrit de sa cape blanche. Dans cette sombre nuit, après avoir allumé un feu, pour les réchauffer, tous les trois, Brute regarda longuement Gengis. Il dormait tranquille et paisible. Le visage détendu, les traits moins tirés, plus frais, comme reposé.

Mon pauvre Gengis, je suis désolé d'avoir du en arriver à cette extrémité. Mais je n'avais pas le choix, pas d'autres solutions. Pourquoi persister dans cette voies, dans cette folie. Je sais que tu souffre, d'avoir perdue un être aussi cher. Mais nous avons tous souffert un jour ou l'autre. Ce n'est pas une raison, pour te suicider. Je suis sûr, que ce n'est pas ce qu'elle souhaite ni souhaiterai.

Ed, viens m'aider à lui parler, je suis sûr qu'il nous entends. A nous de faire le nécessaire, pour qu'il comprenne, et attende le meilleur moment pour se venger....
Revenir en haut Aller en bas
Gengis0
Sénéchal
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 2725
Age : 49
Date d'inscription : 14/08/2009

Feuille de personnage
Grade et Compagnie: Sénéchal / Chef d'Escorte du GEP
Force:
255/255  (255/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Re: Une colline près du cimetière   Dim 21 Aoû - 20:26

Mais pourquoi sa tête lui faisait si mal, on l'avait soigné pourtant. Et pourquoi était-il allongé? Juste des voix dans le lointain, impossible de bouger, mais que se passait-il? Etait-ce ça le monde du Sans nom?

Citation :
- Lorsque tu seras réveillé, je t'attendrai de nouveau ici ne sois pas terrifié, c'est bien moi, je veux t'aider.... je t'attendrai le temps qu'il faudra....
Non non, reste reste avec moi ma sublimissime, ne le laisse pas m'emmener.

Il avait l'impression de hurler, mais ses lèvres ne bougeaient pas, pas un son n'était sorti. Rien ne répondait d'ailleurs, juste l'esprit qui s'éveillait, il entendait d'autres voix, que disaient-elles? Il n'entendait pas bien, trop flou, trop lointaines, trop .... et le bourdonnement dans la tête, des voix aussi, il ne comprenait pas tout n'était que cacophonie, des mots qui se mélangaient. Envie de sombrer, envie de dormir, oui c'est ça s'endormir, partir, elle viendra le chercher.


_________________
En retraite => 15 janvier minimum

Il faut 50 ans pour faire un chêne, il faut 1 heure pour l'abattre.

Mes cloches me parlent, mais vous ne les entendez pas, merci! C'est l'image que Gengis a de la voix de sa conscience
Revenir en haut Aller en bas
Edémias
Sénéchal
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 779
Date d'inscription : 16/06/2011

Feuille de personnage
Grade et Compagnie: Sénéchal Ière Légion de Niort, La Rochelle et Saintes
Force:
255/255  (255/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Re: Une colline près du cimetière   Lun 22 Aoû - 15:22

( hrp ; désolé , je suis tombé en panne de net , pas de connexion depuis mon dernier post Mad, d'où mon silence ! )

Edémias avait été abasourdit par les évènements qui suivirent son appel.
Avec soulagement , il avait vu Gengis revenir vers lui , même en colère, Ed le ramènerait d'une façon ou d'une autre, mais son plan fut contrarié par les actions de Brute.

A présent que gengis gisait à ses pieds, les mains liés, il réfléchissait à toute vitesse. S'il s'était laissé aller , son irritation l'aurait pousser à coller son poing à son camarde pour avoir été trop entreprenant, le coup du gourdin avait été la dernière chose à faire . Mais à présent, s'acharner sur Brute, cela ne servirait plus a rien, il avait agit pour aider , à sa façon.

Il profita de l'inconscience de son parrain pour murmurer à Brute :

" Bien, a présent tu vas m'écouter Brute, ton stratagème était maladroit, Gengis n'est pas dupe, il va faire un lien avec une supercherie... Je vais tenter de l'amener à la raison, je ne sais si mes paroles traverseront le voile obscure qui trouble son esprit, mais je veux essayer. Nous allons le laisser désarmé afin qu'il ne puisse nous tomber dessus, je n'ai que ma canne, mais mes armes seront mes mots , et mes biceps, alors ne t'avise plus à utiliser le gourdin. Va cacher l'épée du Sénéchal .. et par pitié , laisse moi faire .."

Il jeta un regard profond vers Brute, lui tandis l'épée de Gengis et désigna d'un geste de la tête , un bosquet non loin avant de poursuivre.

" Je vais le détacher, il est hors de question qu'il reste ainsi attacher comme un goret qu'on mène a l'abattoir, cela ne le rendra que plus furieux et moins enclin à m'écouter .. Tiens toi juste prêt à le retenir de tes mains, s'il devenait à nouveau violent"

Edémias était désarmé face a cette facette de Gengis qu'il ne connaissait pas, mais il aimait son parrain et le traiterait avec respect, il savait sa foi, et l'amour qu'il portait à Clo , et il avait connu Clothilde, ce qu'elle aurait souhaiter, il lui adressa une prière , la chuchotant au vent :

" Clo tu n'aurais pas voulu qu'il aille commettre un acte insensé, aide moi à le ramener à la raison "

Soudain, il eu un éclair , une idée, qui lui paru lumineuse ..
Brute revenait vers luis après avoir recouvert de sable et de pierre l'épée derrière le bosquet..

Brute, va chercher Clara , Laféedulogis est la personne qui est le plus proche de Gengis après Clo elle l'a sauvé une fois déjà de son désespoir , elle pourra nous aider, tu peux courir, moi pas avec ma jambe, vas y et fait vite ..."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une colline près du cimetière   Mar 23 Aoû - 6:24

Brute réfléchissait, avec une vitesse folle. Oui il pouvait courir, pas trop vite, mais il le pouvait. Il allait partir, quand au final, il sauta sur le cheval de Gengis

Je te laisse Ed, je fais aussi vite, que possible.
Pour le coup de gourdin, même, si ce n'était pas la meilleure des chose, je n'ai pas eu d'autre idée, pour qu'il t'écoute. Alors tache de le raisonner du mieux que tu puisses. S'il revient à lui, présentes lui mes excuses, s'il te plait.
Je fais vais et reviens, aussi vite, que la chance me donnera de trouver Clara. Qu'aristote, nous aide tous les deux, voir tous les trois.


Sans un mot de plus, il éperonna, le cheval de Gengis, et disparut rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
Edémias
Sénéchal
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 779
Date d'inscription : 16/06/2011

Feuille de personnage
Grade et Compagnie: Sénéchal Ière Légion de Niort, La Rochelle et Saintes
Force:
255/255  (255/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Re: Une colline près du cimetière   Mar 23 Aoû - 12:05

Brute parti, Ed se pencha sur Gengis.
Sa satanée jambe l'empêcha de se tenir à genoux auprès de lui, alors il se laissa choir sur son séant, sa jambe raide contre le bras de GG et d'une main légère il tâtonna le crâne si mal en point de son ami. Il regretta de ne pas avoir de gourde, ou de n'être proche d'un cours d'eau pour rafraichir le sénéchal.

Ses doigt détectèrent un renflement, en se penchant un peu plus , il vit que la bosse était égratignée et rougie mais il ne saignait pas vraiment.

Couillon de Brute ! Marmona t il , Sa mère a vu juste en l'affublent de son nom !
Mais il savait que son camarade n'avait pas été mu par de mauvaises intensions, pour le peu qu'il le connu, il lui faisait l'impression d'être un homme empressé et soucieux des autres, l'injurier ainsi pourtant trompait le soucis que le centurion se faisait pour Gengis.

Il vit les globes de ses yeux bouger sous ses paupières closes.
Ed se demanda s'il était vraiment inconscient ou si , simplement , il profitait de quelques secondes de répit pour faire le point.
Le Sénéchal était un stratège , c'était son métier, il était aguérit au combat, bien plus que lui, mais s'il mijotait un plan d'action , Edémias était en mal de pouvoir réagir vite avec son handicap, il était vulnérable et il le savait, alors il fit confiance en son instinct et en l'amitié qui le liait à son parrain. Il préférait prendre lui même un coup, plutôt que de rester debout en position de force son pied sur le torse de son ami.

Il prit une profonde inspiration puis en appela à la conscience du Sénéchal, il espérait que ses mots serait assez convainquant pour l'empêcher de fondre sur lui , car Ed ne tenait pas à frapper son frère ..

" Gengis ? C'est Edémias , on est seul tous les deux , je vais t'aider à te remettre sur pieds, mais pour l'instant ne bouge pas, reprend des forces..."

Sa voix était calme , à peine audible, afin de ne briser la quiétude de cet instant, il poursuivit :

" Gengis , j'ai un compte à rendre moi aussi , à ses cabots de tourangeaux, on ira ensemble , toi pour régler tes comptes , moi pour les miens, mais on fera ça avec honneur, sans quoi on serait des chiens comme eux. On ne s'abaissera pas à ça , nous ne sommes pas des larves. Il est hors de question de s'introduire chez eux en douce et les assassiner dans leur sommeil ou de se battre à deux contre une horde lapidaire. Nous risquons de n'en blesser aucun et de mourir sans avoir assouvit notre dessein . Cheminons sous notre bannière , pour notre fier Poitou , montrons leur que nous sommes de fiers Poitevins, nous irons avec nos frères , avec la digne et grande légion, avec à notre tête , le Général afin de leur faire mouiller leurs braies en entendant seulement nos cris de guerre ! ! ! "

Ed essayait d'agir avec lucidité et sagesse, lui dire de renoncer à son projet, n'aurait pas retenu son ami, alors il voulait l'orienter vers la vision d'une vengeance plus sure , mieux préparée et qui serait celle qui surement , serait la plus probable, puisque la mission de la légion n'était pas fini. Etaler la force de la légion , en lui montrant une action ostentatoire en nombre pourrait peut-être stimuler la fierté du Sénéchal. Ses années au service du général ne pouvait pas ne pas peser sur son être. Il espérait que son attachement et ses valeurs le mènerait à une décision plus sage ..

Il regarda Gengis attendant sa réaction, évitent de parler de Clo , dont l'évocation semblait provoquer chez lui son ire irraisonnée.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une colline près du cimetière   Ven 26 Aoû - 5:17

Brute reconnaissait facilement le paysage, tout allait bien. L'église, la colline et derrière, le petit vallon où il avait laissé ses deux amis.

Encore un effort, Clara, nous sommes arrivés, gravissons cette colline et juste au fond du vallon, nous verrons nos amis. Nous devrions arrivés en même temps que l'aube, ce qui est bon signe.
J'espère, que tout va bien pour eux....


Arrivée sur le sommet de la colline, Brute vit le feu.

Edemias, Gengis, je suis de retour, et Clara est avec moi....
Revenir en haut Aller en bas
Gengis0
Sénéchal
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 2725
Age : 49
Date d'inscription : 14/08/2009

Feuille de personnage
Grade et Compagnie: Sénéchal / Chef d'Escorte du GEP
Force:
255/255  (255/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Re: Une colline près du cimetière   Ven 26 Aoû - 13:53

Citation :
Gengis ? C'est Edémias , on est seul tous les deux , je vais t'aider à te remettre sur pieds, mais pour l'instant ne bouge pas, reprend des forces...

Frémissement des paupières, froncement du front, bien sûr que non ils ne sont pas seuls, le sans-nom est là tapis dans l'ombre, rassemblement de toutes ses forces, le prévenir, prévenir Ed, il faut le prévenir.

Citation :
Gengis , j'ai un compte à rendre moi aussi , à ses cabots de tourangeaux, on ira ensemble , toi pour régler tes comptes , moi pour les miens, mais on fera ça avec honneur, sans quoi on serait des chiens comme eux. On ne s'abaissera pas à ça , nous ne sommes pas des larves. Il est hors de question de s'introduire chez eux en douce et les assassiner dans leur sommeil ou de se battre à deux contre une horde lapidaire. Nous risquons de n'en blesser aucun et de mourir sans avoir assouvit notre dessein . Cheminons sous notre bannière , pour notre fier Poitou , montrons leur que nous sommes de fiers Poitevins, nous irons avec nos frères , avec la digne et grande légion, avec à notre tête , le Général afin de leur faire mouiller leurs braies en entendant seulement nos cris de guerre ! ! !

Mais pourquoi parlent-ils tous autant? Les mots traversent les brumes, mais trop nombreux, l'esprit est encore trop pris par la vision, trop préoccupé, pourtant quelques mots parviennent, qu'a t'il dit? Tourangeaux? honneur? Poitevins? légion? Général? Refroncement de sourcils, la légion, le Général, le serment, l'autre serment. Mouvement du bras, mal de crâne, énorme mal de crâne. Essayer de se lever, il faut se lever, il faut l'affronter, affronter le sans nom, poursuivre la mission, restaurer l'honneur, il faut se lever, il faut la venger.

hmmmppfff, ma tête.

Cherche son épée, où est-elle encore passée?

Ca va aller là Ed, faut que j'y aille des trucs à faire, puis y a le Sans nom, tu devrais partir c'est mieux.

Essaye de trouver un appui pour se relever, tout en cherchant son épée.







(sorry 4 jours avec un internet foireux, pas pu continuer mais ca tombe bien il était dans les vapes mon bonhomme ^^)

_________________
En retraite => 15 janvier minimum

Il faut 50 ans pour faire un chêne, il faut 1 heure pour l'abattre.

Mes cloches me parlent, mais vous ne les entendez pas, merci! C'est l'image que Gengis a de la voix de sa conscience
Revenir en haut Aller en bas
Edémias
Sénéchal
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 779
Date d'inscription : 16/06/2011

Feuille de personnage
Grade et Compagnie: Sénéchal Ière Légion de Niort, La Rochelle et Saintes
Force:
255/255  (255/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Re: Une colline près du cimetière   Ven 26 Aoû - 21:09

Ed émit un soupire de soulagement , Gengis reprenait ses esprits.
Il remarqua bien, qu'il cherchait quelque chose, et fut plutôt satisfait d'avoir écarté l'arme du sénéchal.
Son allusion au Sans Nom pourtant, lui fit hausser un sourcil de dépit..
Etait il en proie à une lutte entre le bien et le mal ?
Ed se dit que chaque être devait lutter contre une envie peu louable qui balançait et contre-balançait la raison de la conscience.
La vertu contre le vice.
Le vice contre la vertu.

Les intensions de son parrain n'étaient on ne peu plus claire.
Le campement ennemis n'était pas si loin, il lui répondit :

Le sans nom ?
C'est lui qui te pousse vers l'adversité ? Alors c'est lui ton ennemis Gengis !


Ed prit fortement appuis avec ses bras pour s'aider à se relever, il eu du mal à trouver son équilibre et sautilla sur sa jambe valide pour se situer dans l'espace. Il rattrapa son équilibre et à présent à nouveau bien camper sur ses jambes, il tendis la main à GG pour l'aider à se relever.Alors que dans son dos, un bruit de sabots , une chevauchée folle ébranla le sol et les vibrations des sabots s'insinua au travers les semelles de ses bottes.

Une seconde de panique le prit, l'ennemis arrivait ! Un coup d'oeil rapide en arrière le rassura, c'était Brute et Clara .
Citation :

Edemias, Gengis, je suis de retour, et Clara est avec moi....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une colline près du cimetière   Sam 27 Aoû - 20:46

Ils venaient de chevaucher vers la colline….parvenant enfin au sommet, lafée se retourna sur le légionnaire, l’informant du regard qu’elle avait repéré les silhouettes des deux hommes dans la nuit tombante.

Arrivée à leur niveau, elle vit Edem, les traits tirés, signe que la douleur de sa jambe devait le faire horriblement souffrir…

Un bien triste spectacle s’offrait à elle….Gengis assis dans la poussière, une blessure derrière sa tête…et Ed, pas plus vaillant pour 3 écus qui s’offrait le besoin de soulever Gengis !
L’esprit se fit rapide et d’un bond…Clara vint au-devant de lui et pris Edem dans ses bras…laissant un instant le Sénéchal inanimé sur le sol caillouteux !

Elle n’avait pas besoin de lui parler, sa présence suffisait…Elle prit le visage d’Ed dans ses mains et son visage s’éclaira….
Le temps semblait suspendu…les regards se cherchaient, ils se parleraient mais le temps jouait contre eux…et la priorité était Gengis !

Son visage, ensuite, tourné vers Gengis, Clara fronça le regard….


Vous avez vu l’état dans lequel est. Gengis...regard hagard, complètement à l’ouest ?
Mais qu’est-ce que vous lui avez fait pour qu’il soit dans cet état-là ?

Revenir en haut Aller en bas
Edémias
Sénéchal
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 779
Date d'inscription : 16/06/2011

Feuille de personnage
Grade et Compagnie: Sénéchal Ière Légion de Niort, La Rochelle et Saintes
Force:
255/255  (255/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Re: Une colline près du cimetière   Dim 28 Aoû - 7:33

L'étreinte de Lafée, aussi brève fut elle, eu le don de rasséréner Edémias et d'éloigner ses doutes. Il repris un peu d'assuance , face à la situation délicate qui se jouait sur cette colline.

Il décida de ne pas relever la remarque de Clara , mieux valait ne pas mettre l'accent sur le coup qu'avait prit Gengis, il ne s'agissait pas de faire remonter la tension d'un cran, et d'exacerber son ire irrationnelle, mais bien de la noyer , dans la certitude , que le devoir et la meilleur solution pour le Sénéchal, était de revenir avec eux.

Afin de tenter de brosser les poils dans le bon sens , en espèrent que ses paroles, qu'il prononça lentement, très lentement et distinctement, pour bien les laisser forcer le paravent d'incompréhension de GG, et atteindre l'esprit sain, celui qui pourrait annihiler l'autre plus trouble et pervers.

Ne t'inquiète pas , Clara, Gengis .. est .. un.. soldat ! Le meilleur de la légion ... et il nous guidera vers la victoire ! .... Sans lui ... nous irions nous éparpiller n'importe comment , tel un troupeau de moutons dans lequel on aurait lâcher un loup.


Le regard D'Ed était plongé dans celui de Gengis , afin de chercher prise sur son coté conscient ..

Gengis, beaucoup d'entre nous compte sur toi pour les mener dans la bataille..... c'est comme ça qu'on terrassera les tourangeaux .... tous les tourangeaux .... seul tu n'en aura qu'une petite poignée ... Ensemble on les aura tous ....y comprit celui qui est la cause de ton malheur...

Il avait fait des pauses brèves , afin de bien faire peser ses mots sur son Parrain ... Il ne disait que la vérité, on avait besoin de lui , et s'il revenait, il serait sauvé .. du moins dans l'instant, après sur le champs de bataille, le Centurion était convaincu que la rage de GG lui donnerait une force herculéenne pour s'en sortir bien...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une colline près du cimetière   Dim 28 Aoû - 16:09

Brute s'assit au piedde l'arbre, da poitrine lui faisait mal, mais beaucoup moins, pls une douleur comme un étirement, qu'autre chose.
Il regardait Clara, Ed et Gengis, tous les trois l'un à côté de l'autre.
Il souriait, le soleil brillait, encore une belle journée, encore onzes comme celle ci, et il repartirait en guerre contre les tourrangeaux.
Un sourire se dessinait sur ses lèvres. Il ferma les yeux doucement, et laissat le soleil lui baigner le visage.
Revenir en haut Aller en bas
Gengis0
Sénéchal
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 2725
Age : 49
Date d'inscription : 14/08/2009

Feuille de personnage
Grade et Compagnie: Sénéchal / Chef d'Escorte du GEP
Force:
255/255  (255/255)
Charisme:
255/255  (255/255)

MessageSujet: Re: Une colline près du cimetière   Dim 28 Aoû - 21:19

Citation :
Ne t'inquiète pas , Clara, Gengis .. est .. un.. soldat ! Le meilleur de la légion ... et il nous guidera vers la victoire ! ....
Sans lui ... nous irions nous éparpiller n'importe comment , tel un troupeau de moutons dans lequel on aurait lâcher un loup.


Gengis, beaucoup d'entre nous compte sur toi pour les mener dans la bataille..... c'est comme ça qu'on terrassera les tourangeaux .... tous les
tourangeaux .... seul tu n'en aura qu'une petite poignée ... Ensemble on les aura tous ....y comprit celui qui est la cause de ton malheur...

Oui, pas bête ça, y aller ensemble, mais le sans nom Gengis, qu'est-ce qu'on fait pour le sans nom? Puis faut y aller vite, faut règler ce problème, faut la rejoindre.


Le regard redevient plus bleu, toujours fixé sur Ed, Gengis réfléchit, se masse le crâne.

J'ai fauté Ed, je l'ai abandonnée, je les ai laissé la massacrer sans même être à ses côtés. Je ne peux pas emmener les autres dans ma punition, j'ai renier mon serment je ne l'ai pas protégée. Je suis maudit pour l'éternité, le sans nom rôde déjà, et .... profond soupir et elle me manque, je ne suis rien sans elle, je deviens fou, je dois la rejoindre, ensemble pour l'éternité.

_________________
En retraite => 15 janvier minimum

Il faut 50 ans pour faire un chêne, il faut 1 heure pour l'abattre.

Mes cloches me parlent, mais vous ne les entendez pas, merci! C'est l'image que Gengis a de la voix de sa conscience
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une colline près du cimetière   Dim 25 Sep - 20:08

J'ai fauté Ed, je l'ai abandonnée, je les ai laissé la massacrer sans même être à ses côtés. Je ne peux pas emmener les autres dans ma punition, j'ai renier mon serment je ne l'ai pas protégée. Je suis maudit pour l'éternité, le sans nom rôde déjà, et .... profond soupir et elle me manque, je ne suis rien sans elle, je deviens fou, je dois la rejoindre, ensemble pour l'éternité.

Clothilde ne l'avait point quitté le frôlant par moment, elle les regardait tous, un par un, l'entêtement de Gengis faisait peine à voir elle sentit qu'elle devait lui insuffler la force de continuer pour la Légion, pour la justice et aussi pour elle sinon elle ne pourrait jamais partir définitivement, elle serait une âme errante jusqu'à la fin des temps.

- Gengis écoute moi il faut que tu les suives maintenant, que tu te battes à leurs côtés, ils ont besoin de toi il faut le faire pour moi afin de me libérer... ta vie n'est pas terminée ici bas, tu as de grandes choses à accomplir... une fois ces choses réalisées tu me rejoindras et nous pourrons nous retrouver et continuer le chemin dans l'au delà, crois moi libère ton esprit, elle le vit hocher la tête son visage empreint d'une nouvelle sérénité, le bleu de ses yeux redevenu limpide, il était prêt, elle le sentait, le Sénéchal reprenait le dessus son médaillon brilla sous les rayons du soleil comme un signe du destin... il le protégerait à jamais !

Elle s'éloigna de lui, maintenant il ne lui restait plus qu'une dernière chose à faire revoir une dernière fois..... sa fille Liz et espérer que son Coeur de Sénéchal lui pardonnerait...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une colline près du cimetière   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une colline près du cimetière
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je serais toujours près de toi... [Mort de Saveur d'Amande: pv Dauphine, et ceux qui veulent lui rendre hommage]
» Cimetière de Konoha
» Colline de coin de table
» Julia de Lamerlay - Garde tes amis près de toi...
» [Cimetière] Funéraille d'aurore

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CASERNE DE LA LEGION POITEVINE :: CHAPELLE SAINT ANTOINE LE GRAND-
Sauter vers: